Robinson Crusoé - Daniel Defoe

Daniel Defoe

Classique
Texte abrégé


Lire un extrait

Un roman mythique dans une nouvelle édition augmentée

L’incroyable aventure de Robinson Crusoé est inspirée d’une histoire vraie, celle du marin Alexander Selkirk qui, à la suite d’un naufrage, en 1709, vécut seul pendant près de cinq ans sur l’île déserte de Juan Fernandez, au large des côtes chiliennes.

Le roman de Daniel Defoe paraît dix ans plus tard : un homme abandonné sur une île déserte lutte pour sa survie et reconstitue à vitesse accélérée la civilisation – comment assurer sa subsistance, bâtir sa maison, faire son pain, élever un troupeau… puis paraît Vendredi, c’est-à-dire l’Autre, celui qui n’appartient pas à la même culture…
Métaphore de l’humanité et de ses progrès, Robinson Crusoé est aussi la première expérience de naufragé de la littérature.

Robinson Crusoé a trouvé sa place dans le catalogue de l’école des loisirs dès 1977 dans la traduction de Pétrus Borel abrégée par Bernard Noël. Cette seconde édition, parue en 2019, reprend la traduction de Borel dans une version abrégée, cette fois, par Marie Pérouse. Elle y ménage davantage de place aux descriptions, ce qui crée un effet de réel et enrichit l’univers insulaire de Robinson, à la complexité du personnage, à son journal intime, réintroduit la division en chapitres de Pétrus Borel pour davantage de clarté et n’efface pas le contexte esclavagiste de la rencontre avec Vendredi, autant d’éléments indispensables à une version moins aseptisée de cette œuvre mythique considérée comme le premier « roman d’aventures ».

Dans l’article qu’elle a consacré aux deux versions pour Le Français aujourd’hui (« Choix éditoriaux et adaptation d’un mythe littéraire. Quel Robinson abrégé pour le lecteur du xxie siècle ? », la chercheuse Kathy Similowski décrit bien le travail effectué par Marie Pérouse :

« Pour Marie Pérouse, abréger n’est pas réécrire. » Lire la suite

Traduction de Pétrus Borel

Texte abrégé par Marie Pérouse

Introduction et glossaire.

  • ISBN: 9782211301596
  • Date de première publication : 1977
  • Dans cette édition : 2019
  • Nombre de pages : 256
  • Prix public: 6.00 € - Acheter le livre en librairie

Étudier

 Une nouvelle édition pour étudier « Robinson Crusoé » du cycle 3 à la classe de quatrième

Au cycle 3, en CM, dans le cadre des objets d’étude : « Héros, héroïnes et personnages », « La morale en questions » (la question de l’esclavage) et « Vivre des aventures ».

Au cycle 4, en cinquième, au titre des objets d’étude : « Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ? », « Avec autrui : famille, amis, réseaux » (Vendredi est un « autre » nécessaire, à croiser avec l’entrée « Le voyage et l’aventure ») et du questionnement complémentaire : « L’être humain est-il maître de la nature ? »).

En quatrième, dans le cadre de l’objet d’étude : « Individu et société : confrontations de valeurs ?», le texte étant nourri de réflexions sur la société du xviiie siècle et permettant d’aborder le thème 1 du programme d’histoire : « Le xviiie siècle. Expansions, Lumières et révolutions » et la question des traites négrières.

Texte recommandé dans cette édition par l’Éducation nationale.

En classe
Se connecter pour télécharger la séquence télécharger la séquence
  • CM
  • 5e
  • 4e

« Robinson Crusoé », de Daniel Defoe

Séquence réalisée par Claire Destable & Anne Vautravers, formatrices

6 séances – 15 pages

  1. Aborder la lecture intégrale du roman : rédaction d’un journal de bord, argumentation orale et exercice d’écriture.
  2. Fiction ou réalité ? : repérer les effets de réel, notamment dans les descriptions (travail de groupe, recherches, travail sur l’autoportrait de Robinson).
  3. Étude de la composition du récit et de ses effets : les caractéristiques de l’action dans un roman d’aventures (effets d’annonce, suspense, rythme, composition du roman). Les événements romanesques dans Robinson Crusoé.
  4. Comparaison entre temps de la narration et temps de la fiction.
  5. Les choix énonciatifs et leurs effets : le récit en « je », le rôle des commentaires du narrateur (champ lexical de la fatalité), travaux d’écriture (réécrire un passage à la troisième personne du singulier, réécrire un passage sous forme de journal intime).
  6. La vie sur l’île, un modèle de développement ? : le travail de Robinson, ses qualités, Robinson et Vendredi, comment la description de leurs rapports justifie, selon Daniel Defoe, l’esclavage, travail d’écriture sur le portrait de Vendredi.
    Évaluation bilan : écrire une critique littéraire du roman pour un lecteur d’aujourd’hui.
Pour les abonnés ecoledeslettres.fr
  • En arrivant dans l’île…
    par Marie-Claire Jahier, professeure de lettres :

    1. cette séquence a pour objectifs de mettre en évidence les caractéristiques générales du récit d’aventures, de faire découvrir les spécificités d’une « robinsonnade », d’apprendre aux élèves à organiser et à faire fonctionner des éléments descriptifs dans un récit. Déroulement de la séquence : treize séances.

  • Michel Tournier : « La Fin de Robinson Crusoé ». Faire des hypothèses de lecture à partir d’un texte narratif
    par Philippe Dorange, professeur de lettres :

    1. le principe de cette activité, qui joue sur le caractère prévisible des textes narratifs, est simple. Il s’apparente en effet à un type de production écrite bien connu : la suite de texte, dans laquelle on demande aux élèves d’imaginer et d’écrire la suite ou la fin d’un récit. Mais il s’agit de mettre en œuvre cette stratégie au cours de la lecture du texte, à intervalles réguliers, afin de placer les élèves en situation de participer à la construction du sens…

Autour du livre

Médias
Podcast Paroles de passeurs : Marie Pérouse parle de
« Robinson Crusoé »
l'école des loisirs · Paroles de passeurs : Marie Pérouse, abrégeuse de « Robinson Crusoé »
Interview et réalisation Sylvie Dodeller. Extraits de « Les aventures de Robinson Crusoé », un film de Luis Bunuel (1954)

Avis de lecteurs

« Cette version abrégée établit un pont avec l’œuvre originale parce qu’elle reconstruit un univers insulaire plus riche par la réintroduction de descriptions. Par ailleurs, le lecteur redécouvre, à l’aide du journal et de passages réflexifs, un Robinson à la personnalité complexe dont les traits sont définis par les convictions politiques, économiques, religieuses et sociales d’une époque. Le jeune lecteur est guidé dans son interprétation par la préface. »

Kathy Similowski, « Choix éditoriaux et adaptation d’un mythe littéraire. Quel Robinson abrégé pour le lecteur du xxie siècle ? », Le Français aujourd’hui, n° 213, 2021.