Cyrano de Bergerac - Edmond Rostand

Edmond Rostand

Classique
Texte abrégé


Lire un extrait

Un choix de scènes qui respecte le fil de l’intrigue et permet de les jouer en classe

Librement inspiré de la vie de Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655), Cyrano de Bergerac est représenté pour la première fois le 28 décembre 1897.

Edmond Rostand qualifie sa pièce de « comédie héroïque » car Cyrano est un héros, un mousquetaire intrépide, dont la vie s’organise autour des valeurs de l’amour et de l’honneur. Épris de Roxane, il n’ose se déclarer, car elle est belle et il est laid (à cause de son fameux nez !). Alors, par amour, il va aider le beau Christian, son rival peu doué pour l’éloquence, à charmer Roxane.

Comment ne pas être séduit par ce personnage à la fois soldat, musicien, astronome et poète, qui improvise l’amour sous les balcons, tire son épée pour l’honneur, se sacrifie pour son ami et signe toutes ses actions de poésie, de panache, de drôlerie acérée et de répliques flamboyantes ?

Avec Cyrano, c’est tout le xviie siècle qui surgit sous nos yeux : cadets de Gascogne à l’honneur chatouilleux et au verbe haut, petits marquis et précieuses, animation des rues et des théâtres, turbulence des champs de bataille et douceur des mots d’amour, au cours de cinq actes d’une comédie héroïque où la poésie le conteste à l’action, l’humour et la dérision à la passion.

Cette édition propose à tous ceux – élèves ou amateurs – qui aiment lire mais aussi jouer le théâtre un montage de scènes qui, respectant le fil de l’intrigue, permet d’interpréter les moments forts du chef-d’œuvre de Rostand et, ainsi, de prolonger la lecture en faisant vivre situations et personnages.

Présentation, choix et commentaires par Dominique Guerrini

Illustrations de Philippe Dumas

  • ISBN: 9782211238359
  • Date de première publication : 1989
  • Dans cette édition : 2018
  • Nombre de pages : 120
  • Prix public: 5.50 € - Acheter le livre en librairie

Étudier

Une édition illustrée et abrégée en un choix de scènes à étudier et jouer en classe

Au cycle 4, en quatrième, au titre des objets d’étude : « Dire l’amour » et « Individu et société : confrontations de valeurs ? » : en effet, le personnage de Cyrano utilise l’éloquence pour séduire (mais sans jouir de la séduction exercée) et pour défendre ses valeurs : intégrité, courage et abnégation.

En classe
Se connecter pour télécharger la séquence télécharger la séquence
  • 4e

« Cyrano de Bergerac », d’Edmond Rostand. Dire l’amour…

Séquence réalisée par Antony Soron, maître de conférences à l’INSPÉ de Paris

8 séances – 28 pages

 

  • Mise en perspective didactique de la séquence : « Dire l’amour », contre le sexisme au collège.
  • Compétences visées : comprendre et s’exprimer à l’oral, lire, écrire, comprendre le fonctionnement de la langue, acquérir des éléments de culture littéraire et artistique.
  1. Les enjeux d’une scène d’exposition : comédie héroïque et pièce historique, contexte historique et culturel.
  2. La tirade des nez : spécificités d’une tirade, éléments de rhétorique et de prosodie, travail sur les synonymes.
  3. L’aveu amoureux de Roxane : la logique de quiproquo, l’interprétation par la voix et le geste, l’écriture d’invention.
  4. La rencontre entre les deux rivaux : jeu théâtral, écriture d’invention, situation d’énonciation.
  5. La scène du balcon : le rapport entre le texte et les indications scéniques, le dispositif scénique…
  6. La tragédie : ressorts de la dramaturgie classique (retournements de situation, méprises dramatiques, crises tragiques), lecture expressive, stichomythies, phrases non verbales, situation d’énonciation.
  7. La confession de Cyrano : ressorts de la dramaturgie (le dénouement), effet esthétique : le pathétique, fonction dramaturgique des didascalies.
  8. Évaluation : écrire, comprendre comment fonctionne la langue.
Pour les abonnés ecoledeslettres.fr
  • « Edmond », d’Alexis Michalik
    par Pascal Caglar, professeur de lettres :

    1. la pièce à succès d’Alexis Michalik présente une écriture moins dramatique que scénaristique : on n’y trouve pas d’actes avec leur progression faite de lenteurs et d’accélérations, mais un rythme constant construit sur une succession de scènes brèves et décisives, qui font varier systématiquement les lieux, parcourent le temps au galop, ressuscitent les grands noms d’une époque, mêlent les registres et, à la manière d’un montage photographique, donnent à voir les seuls moments clés d’un événement : la première de Cyrano de Bergerac dans le dernier mois qui vit tout à la fois son écriture, son financement, ses répétitions et… ses petites histoires.

  • « Edmond », de la scène à l’écran
    par Philippe Leclercq, professeur de lettres et critique de cinéma :

    1. un entretien avec Alexis Michalik à l’occasion du film qu’il a réalisé à partir de la pièce qu’il a lui-même écrite et mise en scène au théâtre du Palais-Royal en 2016. Le réalisateur de cet Edmond cinématographique célèbre, comme son double sur les planches, tous les genres qu’il transgresse. Ni biopic, ni comédie romantique, ni récit historique, il est pourtant tout cela à la fois et constitue, par là même, le plus bel hommage à Edmond Rostand, un dramaturge qui fit triompher le mélange des genres.

  • « Edmond », la BD de Léonard Chemineau, d’après la pièce d’Alexis Michalik
    par Marie-Hélène Giannoni, professeure de lettres :

    1. 2018 fut l’année Edmond Rostand puisque l’on a célébré à la fois le cent cinquantième anniversaire de sa naissance et les cent ans de sa disparition. Et il est impossible de ne pas lui associer Cyrano, tant leurs deux noms sont liés. Il faut désormais leur ajouter celui d’Alexis Michalik, qui a imaginé une « fiction réaliste », comme le précise son personnage dans Edmond, la pièce dans laquelle il relate la genèse de Cyrano de Bergerac et sa célèbre première. Si le texte de la pièce s’est fait livre (Albin Michel, 2016), aujourd’hui il se transforme en une bande dessinée scénarisée et mise en images par Léonard Chemineau, d’après la pièce d’Alexis Michalik (Rue de Sèvres, 2018). Cette BD humoristique, qui s’inscrit bien dans le genre de la « comédie héroïque » chère à Rostand, tiendra les jeunes lecteurs en haleine par un rythme palpitant, des retournements de situation, des thèmes éternels, comme l’amour, l’amitié, le succès… et une approche inédite des dessous de la création théâtrale.

  • La Villa Arnaga, chef-d’œuvre de Rostand, à Cambo-les-Bains
    par Pascal Caglar, professeur de lettres :

    1. à côté des œuvres littéraires de Rostand, il y a son œuvre de pierre (« arnaga », en basque), sa maison-théâtre de Cambo-les-Bains, ce troisième chef-d’œuvre conçu à la suite des deux premiers, Cyrano de Bergerac (1897) et L’Aiglon (1900), enfant de son esprit visionnaire, de ses rêves et de sa fortune, après une longue et bouillonnante gestation, de 1903 à 1906…

  • Le théâtre : rappel de quelques notions essentielles
    par Catherine Jocqz-Rubin, professeure de lettres :

    1. ce mémo propose un récapitulatif sur les genres théâtraux, les grandes règles du théâtre classique, les principaux registres, les tonalités / procédés du comique, les formes de comique et les formes du langage dramatique.

Autour du livre

Médias
Podcast Paroles de Passeurs : Antony Soron parle de « Cyrano de Bergerac »
l'école des loisirs · Paroles de passeurs : Antony Soron nous parle de « Cyrano de Bergerac »
Interview et réalisation Sylvie Dodeller, mixage Laurent Berthault. Extraits de la B.A. du film « Cyrano de Bergerac » (1990). Réalisation : Jean-Paul Rappeneau. Musique : Jean-Paul Petit. Disponible en DVD chez Pathé Distribution
Lectures en réseau

Avis de lecteurs

« Je recommande. Super pour un adolescent : simple et efficace. »

Sur le site « Ma Petite Médiathèque »

« Quand les éditions de l’école des loisirs ont sorti une nouvelle édition abrégée dans leur collection “Classiques”, je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de relire Cyrano de Bergerac et de le faire connaître à ma petite dernière. Avant, j’avais beaucoup d’a priori sur les versions abrégées, je n’en comprenais pas vraiment l’intérêt, mais… c’était bien bête de ma part : combien de classiques j’ai essayé de lire et laissés tomber avant la fin. Les versions abrégées, ce n’est finalement pas si mal, cela permet de découvrir les classiques sans s’attaquer à de trop gros pavés au style souvent lourd pour un jeune lecteur de notre époque.

Le Cyrano de Bergerac des éditions l’école des loisirs est une version abrégée au sens propre du terme. Le texte n’a pas été réécrit, mais les scènes ont été choisies et les passages absents sont simplement résumés en quelques lignes.

Nous l’avons lu à voix haute, Mimiko et moi-même, en nous partageant les rôles. Moi, je fais un bien piètre Cyrano, l’éloquence et moi, on n’est pas très copines. Mais c’était plutôt amusant de le lire en se donnant la réplique.

Mimiko a bien aimé aussi, elle a trouvé cette pièce bien drôle, même si elle ne comprenait pas toujours le sens des tournures de phrases (surtout lues par moi…). Quelques pauses pour reformuler ce que l’on venait de lire ont été nécessaires, mais le plus important, c’est que, maintenant, elle sait qui est Cyrano et que ce nom est associé à un bon souvenir de lecture. Elle pourra toujours le relire, plus tard, toute seule. »

Agenda

xxx

 

« Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux[...]

lire la suite
xxx

« Avant d’être un musée, Arnaga a été un rêve, celui d’un grand auteur du siècle[...]

lire la suite