Anthologie de l'épouvante -  COLLECTIF

COLLECTIF

Classique
Texte intégral


Lire un extrait

Treize nouvelles pour se faire peur… juste ce qu’il faut

Dans le genre fantastique, c’est l’irrationnel surgi dans le quotidien qui fait naître l’angoisse. Dans l’épouvante, la frontière entre les deux mondes est si ténue que la mort la franchit aisément : spectres redoutables (chez Alexandre Dumas ou Selma Lagerlöf), défunts ressuscités (chez Maupassant ou Edith Wharton), animaux vengeurs et végétaux funestes (Bram Stoker, Saki, Mildred Johnson), portrait maléfique (Edgar Poe), musique surnaturelle (Lovecraft), partout rôde la Camarde. C’est alors la terreur qui s’empare des personnages… comme du lecteur.

Dans ce recueil : « La maison du lac », de Charles Nodier ; « Le portrait ovale », d’Edgar Allan Poe ; « Le chat, l’huissier et le squelette », d’Alexandre Dumas ; « La diligence fantôme », d’Amelia B. Edwards ; « Frritt-Flacc », de Jules Verne ; « Le tic », de Guy de Maupassant ; « La squaw », de Bram Stoker ; « Le violoniste », de Selma Lagerlöf ; « Sredni Vashtar », de Saki ; « La musique d’Erich Zann », de H. P. Lovecraft ; « Mademoiselle Mary Pask », d’Edith Wharton ; « Le papillon de la mort », de Maurice Renard ; « Le cactus », de Mildred Johnson.

Textes réunis et présentés par Christian Poslaniec

Textes réunis et présentés par Christian Poslaniec

  • ISBN: 9782211316118
  • Date de première publication : 2021
  • Dans cette édition : 2021
  • Nombre de pages : 216
  • Prix public: 6.50 € - Acheter le livre en librairie

Étudier

Un genre littéraire particulier… et quelques pépites du frisson

En cinquième, dans le cadre de l’objet d’étude : « Imaginer des univers nouveaux », qui recommande la lecture de nouvelles fantastiques. Le recueil peut aussi illustrer le questionnement complémentaire : « L’homme est-il maître de la nature ? », notamment à travers les nouvelles de Saki (« Sredni Vashtar », le furet assassin), Maurice Renard (« Le papillon de la mort »), Selma Lagerlöf (« Le violoniste ») et Mildred Johnson (« Le cactus »).

En quatrième, on peut aborder le questionnement complémentaire : « La ville, lieu de tous les possibles ? » à travers « La musique d’Erich Zann », de Lovecraft.

Autour du livre

Médias
Une chronique sur « Anthologie de l’épouvante »
Stéphane Labbe

Avis de lecteurs

Sur le site « Opalivres »

« C’est très agréable de goûter au charme suranné des récits “fantastiques”, même si le cinéma réussit bien dans ce domaine. La qualité des textes, la précision des descriptions des personnages et des décors emmènent le lecteur dans un monde proprement imaginaire où les massacres à la tronçonneuse et les marées d’hémoglobine n’existent pas et qui pourtant réussissent à angoisser. Une belle anthologie de l’épouvante qui permet de s’imprégner du style de chaque auteur dans ce domaine, et où les textes sont classés par ordre chronologique de parution. »

Sur le site « Fille de Paname »

« En lisant ces treize nouvelles de la littérature classique, on rencontre des fantômes chez Alexandre Dumas, des défunts revenus d’entre les morts chez Maupassant, un portrait magnifique d’Edgard Poe, des animaux et végétaux, et une musique surnaturelle de Lovecraft. C’est un genre fantastique qui fait naître l’angoisse et beaucoup de frissons ! »

Sur le site « L’École des lettres »

« Avec ces récits d’épouvante, Christian Poslaniec offre à son lecteur un somptueux bouquet qui, déclinant les grandes thématiques du fantastique, interroge la question des genres. »

Stéphane Labbe

Agenda

xxx

« Ce musée, l’un des plus atypiques de Bruxelles, présente des pièces qui ont toutes un point[...]

lire la suite